Dépose d’un mur porteur

Travaux de dépose d'un mur porteur

Nous avons été appelés pour mener des travaux dans un pavillon à Noisy-le-Sec. Ce pavillon, datant du début des années 1930, a subit une rénovation complète (fenêtres, électricité, peinture…). Pour apporter une touche de modernité à la maison, l’architecte a proposé la dépose d’un mur porteur séparant l’entrée de la pièce à vivre. Cette ouverture avait pour but d’apporter de la luminosité à l’escalier et de donner l’impression d’un salon agrandi.

Situation avant les travaux de dépose d’un mur porteur

Situation avant les travaux de dépose d’un mur porteur

Dépose d’un mur porteur : coordination des différents corps de métier

Nous sommes intervenus dans le cadre de la dépose du mur porteur. Ces travaux nécessitaient en effet la coordination de plusieurs corps de métier.

Dans un premier temps, l’intervention du BET AB Engineering a été nécessaire car l’ouverture à pratiquer était très importante (3,3m X 2,7m). Ce dernier a réalisé la note méthodologique et la note de calcul. La méthode préconisée a été celle du portique, c’est-à-dire un linteau horizontal posé sur deux poutrelles métalliques.

Les maçons, après avoir protégé le parquet et les murs, ont étayé à l’aide de chandelles de maçon et de bastings afin de soutenir le poids des étages supérieurs exercé à l’endroit de l’ouverture à pratiquer. Les travaux de dépose d’un mur porteur ont réellement commencé. Les maçons ont ensuite découpé à la disqueuse une ouverture pour pouvoir poser le linteau métallique de 3.3 mètres de longueur. Sur les côtés, pour soutenir davantage le linteau, des poutrelles IPN de 2,7 mètres de hauteur ont été posé.

Détail du linteau et des étais après la dépose d’un mur porteur

Détail du linteau et des étais après la dépose d’un mur porteur

Les maçons ont ensuite recouvert d’enduit la poutrelle afin qu’elle se fonde harmonieusement avec le mur adjacent. Toujours dans un souci d’harmonie, les maçons ont prolongé la corniche de plafond du côté du salon.

Nos menuisiers sont ensuite intervenus pour raccorder le parquet existant avec le carrelage de l’entrée. Il a fallu trouver la bonne essence et le bon ton afin que ce raccord soit invisible. Ils ont également posé les plinthes.

L’électricien est intervenu pour détourner une partie du réseau électrique.

Les peintres ont apporté la dernière touche en peignant l’ensemble de la pièce (murs, moulures, plinthes, corniches).

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

.